La Plume Papote

Comment tenir ses bonnes résolutions?

Tu l’as entendu le décompte ?

5

Celui qui signale la fin d’une année…

4

Et le début d’une nouvelle vie

3

Pris par l’euphorie, pas de doute

2

Cette fois-ci sera la bonne

1

Bonne année !

Si l’expérience des derniers réveillons m’a appris quelque chose, c’est que cette envie de renouveau, cette énergie ne dure pas plus de deux semaines.

Comment tenir ses bonnes résolutions quand tout remettre à plus tard est un art de vie ?

Comme tu peux t’en douter, je n’ai pas de solution miracle. J’ai commencé cet article le 8 janvier et il m’a fallu plus d’un mois pour en venir à bout.  Donc imagine, l’état de mes bonnes résolutions…

La vérité, c’est qu’une bonne résolution n’est pas une histoire de résultat. Il s’agit du chemin qui étape par étape conduit le changement à s’installer dans ta vie.

J’ai donc décidé de te présenter la méthode que j’utiliserais cette année.

Visualiser son but

La première étape pour tenir ses bonnes résolutions, c’est de les visualiser.

On peut le faire de différente façon : en écrivant de manière détaillée ses résolutions et pourquoi elles te tiennent à cœur, avec un tableau de visualisation qui occupera une place centrale sur ton bureau.

Quelque soit la méthode choisie, le plus important est d’être honnête envers soi-même.

Dans l’idée, j’aimerais bien regarder des K-drama en version originale. Dans les faits, une fois que j’aurais acheté la méthode du coréen facile, est-ce que je me vois y consacrer un quart d’heure tous les mois pendant un an ? J’ai quelques doutes…

Pour cette année, j’ai décidé de me concentrer sur 4 bonnes résolutions.

  • Tenir un blog

Je sais à peu près tout le monde a déjà eu un blog et est passé à autre chose.

Mais je vois le blog comme un espace où je pourrais exprimer des idées et si possible être lues.

Pour être honnête, le simple fait de poster régulièrement sera un défi pour moi.

  • Écrire de nouvelles histoires

J’ai toujours écrit de manière sporadique. Je peux commencer une histoire qui m’occupera pendant 1 à 2 semaines et ne plus rien écrire pendant 2 ans.

Je parle de mon rapport avec l’écriture dans L’Angoisse de la page blanche.

Pour 2021, je souhaite définir une routine d’écriture qui s’inscrit dans mon quotidien et trouver l’inspiration pour 12 histoires courtes. Ce qui pour moi est plutôt ambitieux.

Je veux aussi relire et corriger Le maitre du jeu. Une des deux histoires longues que j’ai écrites aux temps anciens de 2014.

  • Faire de la photo

J’ai envie de faire de la photo d’une manière abstraite depuis des années. Ce n’est que récemment que j’ai acheté mon premier appareil. Je l’adore mais je l’utilise comme je le faisais avec mon téléphone.

Donc je veux apprendre de nouvelles techniques et illustrer mon blog avec mes photos.

  • Voyager

Au vue de la crise sanitaire, voyager est plus un rêve qu’un objectif réalisable. Mais si j’ai réussi à voyager en 2020, je garde l’espoir pour cette année.

Définir des sous-objectifs

Mine de rien un rien un an c’est long. Une fois que tu as défini ta bonne résolution ou accroché ton tableau de visualisation, tu es seul|e face une vaste inconnue qui peut sembler insurmontable.

La loi de Parkinson peut te jouer des tours. Une tache prendra toujours le temps qu’on a établi pour la terminer. Et c’est comme ça que tu te retrouves en décembre à te demander qu’est-ce que tu as fait de ton année.

Il est plus facile d’accomplir plusieurs petits objectifs que de tenir pour un but ultime. Tu auras alors le plaisir de pouvoir mesurer tes progrès.

J’ai découpé mes bonnes résolutions en différentes étapes ayant chacune une date butoir.

Si on reprend ma résolution qui est de tenir un blog : pour avoir un blog, il faut du contenu.

J’ai donc défini la liste des articles que je souhaite écrire sur les deux prochains mois avec la date à laquelle je devrais les avoir rédigé pour les mettre en ligne.

Puis j’ai créé une to do list liée à la rédaction de chaque article afin d’avoir la satisfaction de cocher une case et de voir le projet avancer.

Accepter les ratés

Un jour tu préféreras rester sous la couette plutôt que d’affronter le monde et ce n’est pas grave.

L’important n’est pas le nombre de fois où tu tombes, mais toutes celles où tu te relèves.

On parle toujours des travailleurs acharnés, ceux qui croient au miracle du matin ou qui bondissent d’un projet à l’autre sans jamais se poser.

Personnellement, je suis plus tortue que lièvre.

On ferait mieux de raconter nos échecs. Toutes ces fois où les choses ne sont pas passées comme prévu et ce qu’on a appris et ce qu’on pourra modifier pour la prochaine fois.

Ça fait un mois, que j’ai défini mes bonnes résolutions. Pourtant je n’ai rien posté sur le blog en janvier. Ca ne veut pas dire que je n’atteindrais pas mon objectif cette année.

En janvier, j’étais trop prise par ma routine, pour me poser et réfléchir à mon blog. J’ai décidé de changer mon organisation pour consacrer 20 minutes à mon blog tous les jours et résultat j’ai un nouvel article à publier.

Et si je n’arrive pas à me tenir à cette nouvelle organisation, ce n’est pas grave. Je testerais autre chose.

Se récompenser

En matière de motivation, je suis plus carotte que bâton.

Si la satisfaction d’avoir coché une tache sur ta liste ne te suffit pas. Tu peux définir des récompenses qui viendront couronner les petits et les grands accomplissements.

Dans ma cagnotte, j’ai glissé

  • Des Bougies Yankee Candle
  • Un Sac pour Appareil photo
  • Des Lunettes de soleil
  • Un tour en Montgolfière

Il n’est pas nécessaire d’avoir un  budget cadeau. Tes récompenses peuvent être immatérielles.

L’important étant de se faire plaisir.

Suivre ses progrès

Passé l’attrait de la nouveauté, le quotidien l’emporte et on finit par oublier ses bonnes résolutions.

Il est important de définir un moment dans la semaine pour suivre tes progrès.

Tous les dimanches matins, je regarde ce que j’ai fait dans la semaine. Les objectifs atteints et les taches qui sont passées à la trappe.

D’une semaine à l’autre, j’ai la satisfaction de voir mes projets avancer et je peux réfléchir à ce qu’il me reste à améliorer.

En résumé voici ma méthode en 5 Étapes pour tenir mes bonnes résolutions.

Infographie comment tenir ses bonnes résolutions

Je ferais un bilan tous les trois mois, afin que tu puisses suivre mes progrès et les ajustements que j’ai apporté à cette méthode.

Tu veux avoir plus d’information sur la productivité ? Je te conseille vivement : Les 11 lois de la Productivité.

Et si un jour tu préfères un marathon Netflix plutôt que d’affronter tes objectifs, regarde cet épisode de Bref et tu te sentiras moins seul|e.

Et toi ? Quelle est ta méthode pour tenir tes bonnes résolutions.

La plume vit d’amour et d’eau fraiche. Passe par le bouton J’aime si tu as apprécié cet article et n’hésite pas à le partager.

+1
Partager :

7 commentaires

  • Morgane

    Chouette article ! Je trouve ça super courageux de prendre de nouvelles résolutions et de réussir à s’y tenir ! J’espère vraiment que tu y arriveras 🙂

    0
  • Garance

    Très intéressant comme article. Depuis quelques années j’utilise le terme d’intention plutôt que de résolution. Je trouve que ce terme permet de nous guider vers un changement.
    Je vois que tu t’es donner des objectifs élever ! J’ai hâte de voir ton évolution dans l’atteinte de tes objectifs !

    +1
    • lapprentieplume

      Hello Garance,

      J’aime beaucoup le terme d’intention.
      C’est vrai qu’il y a une connotation assez négative « aux bonnes résolutions ». Ces un terme qui revient tous les ans en janvier pour être oublié en Février.
      Pour être honnête, j’ai peur d’avoir des objectifs trop élevés. Mais l’important pour moi est d’initier le changement.
      Il me reste 10 mois pour voir ce que ça donne 🙂

      0
  • Enirtourenef

    Je ne formule jamais de véritables objectifs, enfin je ne crois pas. J’ai quelques objectifs d’écriture (comme écrire le premier jet de Roman 2 en 3 mois à raison de 2 000 mots par jour) et quelques objectifs de vie (trouver du boulot ce serait déjà pas mal) mais je ne suis pas assez organisées pour tout noter, mesurer ma progression, etc.

    Il est très juste de dire qu’il faut visualiser ! Mais pas visualiser n’importe comment ! Il faut associer images/sensations/émotions. Il faut se voir réussir mais aussi éprouver les sensations de la réussite et les émotions de joie et de fierté qui vont avec. C’est aussi le bon usage de la méthode Coué. Se répéter « j’ai de la valeur, j’ai de la valeur, j’ai de la valeur » en en croyant pas un mot et en étant triste à l’intérieur, ça ne fait que renforcer la tristesse…

    +1
    • lapprentieplume

      Tu as raison de parler de parler la bonne façon de visualiser. Eprouver dès le départ, les sensations de la réusiite. J’ai lu un article qui proposait d’écrire une lettre à son soi de dans un an pour se féliciter des progrès accomplis dans l’année.
      Quant à ton objectif d’écriture, j’avoue être intriguée. Je me suis réveillée cette semaine avec l’envie d’écrire une histoire en 3 mois. Etant porter sur la procrastination et avec un rythme d’écriture assez lent, celà me semble impossible.
      Quelles sont tes techniques?

      0
      • Enirtourenef

        Pas mal, le coup de la lettre ! Je tenterais peut-être un jour mais pour le coup j’aurais trop peur de la rouvrir un an plus tard et d’être dégoûtée…

        Le truc avant de parler de techniques, c’est de bien se connaître ! Je sais que pour un projet sérieux j’écris entre 800 et 1 000 mots à l’heure. Donc écrire 2 000 mots par jour ne me paraît pas insurmontable. Je suis plutôt du matin, et comme je l’expliquais dans un de mes journaux d’écriture sur le blog, quand je fais quelque chose avant le petit-déj j’ai l’impression de « voler du temps à la journée » : la journée commence vraiment après le petit-déj. Si on se connaît bien, on peut ensuite développer les techniques : je sais que j’écrirai le matin, direct au lever, avec de l’ASMR ou de la musique d’ambiance pour m’aider à me concentrer (j’ai tendance à avoir un petit vélo qui tourne dans la tête donc le bruit m’aide à court-circuiter mes pensées). J’ai écrit le premier jet de Roman 1 en 6 mois, passer à 3 ne me paraît pas insurmontable sur la base de mes statistiques. Surtout aussi parce qu’à la fin j’avais tellement marre d’avoir l’impression de ne pas avancer que je me mettais comme barre 1 000 mots par séance. Je bloquais autour de 800 et je devais pousser-pousser-pousser pour arriver à 1 100 mais ensuite ça repartait tout seul. Donc me basant sur ma connaissance de moi-même, j’établie mes objectifs comme ça. En amont je me prépare bien aussi (j’ai ma frise chronologique, et d’autres trucs sur mon histoire : je sais où je vais). Il y a aussi la question de la routine (sur un forum dont je suis membre, une membre a dit qu’elle mettait un chapeau sur sa tête pour formaliser le fait que « là, elle écrit » et que son cerveau doit rester concentré dessus).

        Je pense aussi que les objectifs doivent évoluer avec l’expérience. Clairement, Roman 1 je n’aurais pas pu l’écrire en 3 mois ! Pierre Grimbert, qui écrit depuis 25 ans, c’est lancé cette année comme objectif de publier 4 romans dans l’année, ce qui fait 1 tous les 3 mois. Je pense que son premier jet doit déjà être bien ficelé (loin des miens !!) parce qu’il a l’expérience nécessaire pour ça, ce qui lui permet de terminer vraiment un roman dans ces temps-là. Moi, je ne pourrais jamais réussir ça aujourd’hui !

        Je pense que c’est très important de se connaître et de se mettre des objectifs en fonction de soi-même !

        0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *